AddThis Social Bookmark Button

Sables Bitumineux: Un Vent Froid sur les Compagnies Américaines

Jeff Rubin - Le jour même où l'Administration Obama a mis son holà sur le pipeline Keystone XL, deux contrats d'ingénierie pétrolière, pour un total de 12,2 milliards de dollars, ont été attribués à deux entreprises américaines pour les sables bitumineux de l'Alberta, Canada.

Le premier comprenait un montant de 750 millions $ pour une société basée à Chicago pour l’énorme projet Kearl Sands Exxon Oil, l’un des plus importants dans le monde.

C'est une bonne opération pour ceux des sociétés d'ingénierie américaine. Au Canada, il n'y a pas de clause «Achetez Canadien» dans les contrats de sables bitumineux, à l’inverse des Etats-Unis où le «Buy American» se trouvent dans les dispositions fédérales américaines d'approvisionnement.

Cependant, les compagnies pétrolières américaines pourraient bientôt trouver les paysages canadiens moins accueillant. Après l’obstruction d’Obama sur le pipeline de TransCanada, et tous les producteurs de l'Alberta qui allaient l’alimenter, je ne voudrais pas être une compagnie de pipeline américain à la recherche d'une approbation réglementaire canadienne.

Quand il s'agit de marchés de l'énergie les choses peuvent changer rapidement. Il n’y a aucun doute que les membres du Calgary Petroleum Club ont déjà commencé à rafraîchir leur mandarin.

Il n’y a pas si longtemps, quand j'étais Economiste en Chef des Marchés Mondiaux à la CIBC , les responsables gouvernementaux de l'Alberta venaient me dire en termes non équivoques que de la province n'était pas à la recherche d'investissements des compagnies pétrolières appartenant des Etats.

Depuis lors, la société d'Etat chinoises de raffinage, Sinopec a payé plus de 4,5 milliards de dollars une participation de 9% dans Syncrude, le plus grand producteur de pétrole de sables bitumineux dans la province. De même que PetroChine, qui appartient à l'État chinois, a dépensé environ 2 milliards $ pour acquérir le contrôle du projet de MacKay River d'Athabasca Oil Sands Corp.

Les sociétés énergétiques chinoises ne sont pas venues verser des milliards de dollars dans le développement des sables bitumineux de l'Alberta pour envoyer le brut aux raffineries de Cushing, Oklahoma, USA.

Alors que la soudaine volte-face de l'administration Obama pourrait avoir sonné un réveil brutal pour certaines personnes parmi le Calgary Petroleum Club, à la fin, le pétrole canadien va se tourner sur les marchés mondiaux.

Le Premier Ministre canadien Harper a dit un jour, que le pipeline Keystone XL était une évidence pour connecter le pétrole des sables bitumineux de l'Alberta aux marchés américains.

En regardant une carte géographie, il est aisé de comprendre cette remarque. Mais en regardant les marchés futurs de la croissance, les sentiments du premier ministre sont erronées.

La consommation d'essence américaine continue de baisser. Elle vient d’atteindre son plus bas niveau depuis plus d'une décennie. L'avenir des sables bitumineux se trouve avec la croissance de la demande de pétrole asiatique, et non pas aux USA.

Et cet avenir, plus que toute décision réglementaire américaine ou canadienne, dépendra du prix du pétrole.

Ecrit, en anglais, par Jeff Rubin
Traduction par Laurent Horvath, 2000Watts.org. Avec l'autorisation de Jeff Rubin  (Le Blog de Jeff Rubin et la version anglaise ici)

Retrouvez tous les jeudis la Chronique de Jeff Rubin sur 2000Watts.org

 

Vidéo: Jeff Rubin: La Chine et l'Inde

Dim lights

blog comments powered by Disqus