AddThis Social Bookmark Button

Prix de l'Uranium sous pression à long terme

Dans le monde 34 réacteurs nucléaires sont en construction. Cette forte demande pèse encore plus sur un marché de l’Uranium déjà sous tension.

En 2008, les prix de l’uranium ont précédé les prix du pétrole. Tous les deux ont explosé sur les marchés avant de retomber suite à la crise. Cependant la mise en service de nouvelles centrales inquiète l'Agence pour l'énergie nucléaire de l'OCDE (AEN).

La Suisse vient d’annoncer le projet de construire deux nouvelles centrales pour 2020, dont Gösgen II, et suit la tendance mondiale lancée par la Chine, la Russie et l’Inde. Ces trois pays construisent 18 réacteurs sur les 34 en chantier.

En Europe, la France et la Finlande (5 milliards d’Euro pièce) vont inaugurer leur nouvelle centrale dès 2010-2011, alors que la Bulgarie et l'Ukraine ont mis chacune deux réacteurs en chantier.

440 Réacteurs dans le Monde

Le parc mondial de 440 centrales déjà en services pourrait être complété par 30 autres unités. Alors que le marché mondial n’arrive pas à fournir ces premières, la question est de savoir où les futures centrales vont s’alimenter? Nous pouvons également douter que les 93 nouveaux projets annoncés, ne sont en fait, qu'un effet d'annonce et de marketing par l'industrie nucléaire pour "affirmer" que le Nucléaire à le vent en poupe!
L'annulation de l'Afrique du Sud de "ses 12 projets" est un signe révélateur.

Les mines ne produisent que le 60% des besoins mondiaux

Afin de compléter les mines naturelles qui couvrent le 60% des besoins, le 40% restant provient de l’Uranium militaire via la dénucléarisation et le recyclage de 12'000 ogives nucléaire militaire vers un usage civil. Cependant en juillet 2007, au sommet du G8, Vladimir Poutine annonça pour 2013 une diminution de la vente par la Russie de son uranium militaire. Aussitôt son annonce, le prix de l'Uranium grimpa en flèche pour atteindre 160$.


L'AEN estime que la production devra se situer entre 94’000 tonnes et 122’000 tonnes d'uranium par an dès 2030, contre moins de 40’000 en 2008. «On court le risque de voir le déficit de production se creuser si de nouveaux gisements ne sont pas exploités à temps », craint l'AEN.

L’Uranium : prix en forte augmentation

Les plus grands producteurs que sont le Canada, l’Australie produisent en 2008. le 40% de l’Uranium. Un grand gisement canadien a cependant été inondé dans une mine et ne sera vraisemblablement pas en activité avant 2012.

Une centrale à besoin de 1,5 mètre cube par an.

En 2001, le prix de l’Uranium Ux U3O8 était vendu à 4$.
En début 2008, le prix a été multiplié par 10 à 60$.

Alors que l’achat de combustible représentait 15% des coûts d’une centrale, ce montant représente en 2008, le 40%